Liz Behmoaras

La biographie est l’art d’être l’autre que je suis dit Emilio Rodrigué. Pour moi un biographe est quelqu’un qui redonne vie aux morts en leur prêtant ses mots, son souffle et parfois sa mémoire et c’est bien pour cela qu’aucun ne choisit son sujet par hasard. ‘Ce sujet est presque toujours choisi en fonction d’une quête, d’une recherche, d’une auto interrogation. En le disséquant et en l’analysant c’est finalement soi‐même et son propre parcours existentiel que l’on dissèque et que l’on analyse pour essayer de l’appréhender. Lors de ce court exposé j’essaierai a travers la présentation des personnages biographiques cités d’appréhender la recherche réelle de l’auteur qui est bien celle de la signification d’une identité. Suat Derviş est le quatrième personnage dont j’écris la biographie ayant vécu dans cette époque charnière du passage de l’empire ottoman à la République de Kemal Atatürk et ayant porté le poids de ses mille et une contradictions. Jak Samanon, unioniste et membre du ”Millet” juif aspirait a devenir Ottoman; Mazhar Osman, père de la psychiatrie en Turquie, luttait pour s’occidentaliser, essentiellement au niveau professionnel alors qu’il demeurait fondamentalement oriental dans sa vie privée; le Juif Ottoman Munis Tekinalp (Mois Kohen) cherchait à se turquifier et à s’assimiler a l’état nation nouvellement fondé par Mustapha Kemal Atatürk. Quant à Suat Derviş, humaniste, socialiste fille choyée d’une famille aristocratique et aisée, elle a toujours été un peu en porte à faux autant avec le milieu ouvrier pour lequel elle a voulu lutter que par le sien qu’elle a essayé de rejeter. Le dénominateur commun de ces quatre personnages est a travers leurs biographies une quête identitaire parallèle à celle de l’auteur et aidant a mieux se connaître.


Keywords: Biographie, identité, millet, Suat Derviş, Jacques Samanon, Moiz Cohen alias Munis Tekinalp