Pedro Eiras (Porto University)

Dans le journal Finita de Maria Gabriela Llansol, écrit en 1974-77, l'Histoire n'est pas faite de suppressions d'époques mortes ou soumises à la progression d'un Esprit, l'Histoire est plutôt le retour à ces événements qui, dans le passé, attendent encore d'arriver. C'est pourquoi le présent même est divisé: ou alors, comme écrit Jacques Derrida, il n'y a pas de présent même. Et puisqu'on ne peut parler sans la langue que l'Histoire nous lègue, il faut encore répondre de ces langues héritées des autres. Les années '70 seraient-elles alors le lieu (et non pas l'instant) où l'Histoire (non) passée parle encore?