Marie Françoise Zana Regniez (Université Stendhal de Grenoble)

Le meurtre dont il sera question ici, est le meurtre écrit par des femmes. Ce qui implique donc de réfléchir à une éventuelle particularité des thématiques. Les différents romans étudiés couvrent vingt ans d’édition italienne et dépassent le cadre strict du seul genre policier.

Si la critique de la société officielle devient plus systématique et se déplace vers les groupes sociaux émergents comme dans nombre de romans policiers actuels, les rapports à la famille, à la mère et à la maternité, restent omniprésents. Une marque de fabrique du roman féminin ou une impasse?